Volume 38 no 1

                              Savoir dire merci

Nous venons de vivre encore une fois la fête de l'Action de grâce. Avons-nous pris le temps de nous questionner sur les origines et les buts associés à cette fête? Nous sommes-nous déjà arrêtés pour se questionner sur le sens de l'expression « Action de grâce »? Pour plusieurs d'entre nous, ce congé nous permet de faire une pause pour recevoir nos proches autour d'une bonne table ou pour se préparer à l'arrivée de l'automne et même de l'hiver qui ne saurait tarder.

La lecture de l'Ancien Testament nous apprend que les Hébreux remerciaient Yahvé, « le Créateur du monde », pour les bonnes récoltes. Plus tard, chez les Grecs, c'est Cérès, la déesse de l'agriculture (celle qui donne le blé à l'humanité) qu'on remercie. Dès le début du Moyen-Âge, autant en France qu'en Angleterre, on retrouve des textes qui parlent de journées consacrées à remercier Dieu pour de bonnes récoltes ou pour le retour de la paix dans les pays.

En Amérique du Nord, les historiens nous rappellent qu'en 1578, sir Martin Frobisher et son équipage ont célébré l'Action de grâce pour remercier Dieu de les avoir conduits, sains et saufs, à Terre-Neuve. Un pasteur protestant a livré un sermon émouvant durant un repas qualifié de festin par les convives. Avant l'arrivée des colons européens, les peuples autochtones se réunissaient pour festoyer à l'occasion des récoltes automnales. Les danses et les rituels différaient selon chaque nation.

En novembre 1606, Samuel de Champlain organise un grand banquet à Port-Royal et fonde « L'Ordre du Bon Temps ». Les buts visés par Champlain sont de remercier Dieu pour les bonnes récoltes et lui demander son aide pour prévenir le scorbut. Du côté américain, en 1621, les premiers pèlerins installés au Massachusetts fêtent la Thangsgiving qui vise sensiblement les mêmes buts que les fêtes canadiennes.

Le premier jour national de l'Action de grâce est célébré officiellement en 1859 dans la Province du Canada et en 1872 dans la Confédération canadienne. Le 31 janvier 1957, le Parlement canadien décrète officiellement que le deuxième lundi d'octobre est « le jour où l'on rend grâce à Dieu Tout-Puissant pour les récoltes abondantes dont il bénit le Canada ». C'est depuis cette date que ce jour est férié.

Dans notre MRC, on profite de cette période pour célébrer la Fête de la Moisson. Chaque Municipalité est invitée à rendre hommage à une personne bénévole. Ainsi, au moins une fois dans l'année, on prend quelques instants pour souligner les nombreuses heures de bénévolat vécues dans des organismes et des associations de toutes sortes.

Il ne faut pas oublier qu'ici à Sayabec, plusieurs personnes travaillent au bénévolat plusieurs heures de leurs temps libres. Pour la majorité, ces personnes travaillent dans l'ombre. Si nous pouvions comptabiliser ces moments et les rémunérer au salaire minimum, nous serions surpris des sommes épargnées par la Municipalité, la Fabrique, nos diverses associations et les nombreux organismes de Santé. Arrêtons-nous quelques instants et prenons le temps de remercier, en cette période de l'année, ces bénévoles qui apportent tant de soutien à notre milieu.

Un autre moment d'action de grâce se présentera à la population de Sayabec le 15 octobre lors de la messe qui soulignera l'entrée des organismes, l'entrée en fonction des bénévoles qui œuvrent au sein des nombreux comités. Prenons le temps de les remercier, car la vie de notre communauté ne serait pas la même sans eux.

Le jour de l'Action de grâce est un moment propice pour s'arrêter et réfléchir aux bonnes choses pour lesquelles nous sommes vraiment reconnaissants.


                       Jean-Claude Gagné